Nicolas KEMPF

Nicolas KEMPF / Ergonomie  / Critères ergonomiques

Critères ergonomiques

Introduction

Cet article vise à décrire les critères ergonomiques (référence en fin de document) permettant de déceler les principaux problèmes d’ergonomie d’un site web ou d’une application.

Guidage

Incitation

Tout élément facilitant la navigation

Groupement / distinction entre items

Organisation visuelle de l’information pour illustrer une relation de classe de type appartenance/distinction par la localisation et le format

Feedback immédiat

Qualité et rapidité des feedbacks du système

Lisibilité

Caractéristiques de présentation des informations textuelles à l’écran (luminance, contraste, caractères, dimension, espacement, longueur des lignes, etc.)

Charge de travail

Brièveté

Concision du contenu des éléments affichés et de ceux à saisir mais aussi nombre d’actions nécessaires pour atteindre son but.

Densité informationnelle

Quantité d’informations affichées à l’écran et leur pertinence.

Contrôle explicite

Actions explicites

Transparence du système.

Contrôle utilisateur

Possibilité de revenir sur ses pas, d’annuler ses actions

Adaptabilité

Flexibilité

Alternatives pour un même objectif

Prise en compte de l’expérience de l’utilisateur

Expérience est à prendre au sens « Niveau de compétences » de l’utilisateur : débutant, intermédiaire, expert.

Gestion des erreurs

Protection contre les erreurs

Détecter et prévenir les erreurs lors de la saisie et non à la validation

Qualité des messages d’erreur

Pertinence, exactitude, facilité de lecture de la nature et des raisons des erreurs et solutions

Correction des erreurs

Moyens mis à la disposition de l’usager pour faciliter la correction des erreurs

Homogénéité / Cohérence

Cohérence interne du système : métaphores, mapping et affordances.

Signifiance des codes et dénominations

Relation sémantique forte entre les objets affichés et leur signification

Compatibilité

Cohérence externe du système : similitude entre divers éléments, environnements et applications.

Détails

Guidage

Un bon guidage facilite l’apprentissage et l’utilisation du système en permettant à l’utilisateur :

  •  de savoir, à tout moment, où il se trouve dans une séquence d’interactions, ou dans l’accomplissement d’une tâche
  •  de connaître les actions permises ainsi que leurs conséquences
  •  d’obtenir de l’information supplémentaire (éventuellement sur demande).
  • La facilité d’apprentissage et d’utilisation qui s’ensuivent conduisent à de meilleures performances et occasionnent moins d’erreurs.

Incitation

Une bonne incitation guide les utilisateurs et leur évite par exemple d’avoir à apprendre une série de commandes.

Elle permet aussi aux utilisateurs de savoir quel est le mode ou l’état en cours, où ils se trouvent dans le dialogue et ce qu’ils ont fait pour s’y trouver. 

Une bonne incitation facilite donc la navigation dans une application et permet d’éviter les erreurs.

Groupement / Distinction entre items

La compréhension d’un écran dépend, entre autres choses, de l’arrangement, du positionnement et de la distinction des objets (images, textes, commandes, etc.) qui y sont présentés.

Les utilisateurs auront plus de facilité à repérer les items et / ou groupes d’items et à connaître leurs liens si:

  • ils sont présentés de façon organisée (ex.: alphabétique, fréquence d’utilisation, etc.)
  • si ces items ou groupes d’items sont présentés dans des formats ou codages qui permettent d’illustrer leurs similitudes ou leurs différences, d’autre part.

De même, les utilisateurs pourront mieux les apprendre et s’en rappeler.

Groupement / Distinction par la localisation

Le critère Groupement / Distinction par la Localisation concerne le positionnement des items les uns par rapport aux autres dans le but d’indiquer leur appartenance ou non-appartenance à une même classe, ou encore dans le but de montrer la distinction entre différentes classes.

Ce critère concerne aussi l’organisation des items dans une même classe.

Groupement / Distinction par le format

Le critère Groupement / Distinction par le Format concerne plus particulièrement les caractéristiques graphiques (format, couleur, etc.) permettant de faire apparaître l’appartenance ou la non-appartenance d’items à une même classe, ou encore permettant d’indiquer des distinctions entre classes ou bien encore des distinctions entre items d’une même classe.

Feedback immédiat

La qualité et la rapidité du feedback sont deux facteurs importants pour l’établissement de la confiance et de la satisfaction des utilisateurs ainsi que pour leur compréhension du dialogue.

Ces facteurs permettent aux utilisateurs de se faire une bonne représentation du fonctionnement du système.

L’absence de feedback ou des délais trop importants entre les actions utilisateur et le feedback, peuvent déconcerter les utilisateurs, ce qui augmente les chances que les utilisateurs entreprennent des actions qui risquent d’entraver les transactions en cours.

Lisibilité

La performance est accrue lorsque la présentation des informations à l’écran tient compte des caractéristiques cognitives et perceptives des utilisateurs.

Une bonne lisibilité facilite la lecture des informations présentées. (luminance des caractères, contraste caractères fond, dimension des lettres, espacement entre les mots, espacement entre les lignes, espacement entre les paragraphes, longueur des lignes, etc.).

Par convention, le critère Lisibilité ne concerne ni le feedback ni les messages d’erreurs. 

Charge de travail

Plus la charge de travail est élevée, plus grands sont les risques d’erreurs. De même, moins l’utilisateur sera distrait par des informations non pertinentes, plus il pourra effectuer sa tâche efficacement.

Par ailleurs, plus les actions requises seront courtes, plus rapides seront les interactions.

Brièveté

Les capacités de la mémoire à court terme sont limitées. Par conséquent, plus courtes sont les entrées, plus limités sont les risques d’erreurs. Par ailleurs, plus succincts sont les items, plus court est le temps de lecture.

Aussi, plus les actions nécessaires à l’atteinte d’un but sont nombreuses et compliquées, plus la charge de travail augmente et par conséquent plus les risques d’erreurs sont élevés.

Concision

Le critère Concision concerne la charge de travail pour ce qui est des éléments individuels d’entrée ou de sortie.

Par convention, la Concision ne concerne pas le feedback ni les messages d’erreurs.

Actions minimales

Plus les actions nécessaires à l’atteinte d’un but sont nombreuses et compliquées, plus la charge de travail augmente et par conséquent plus les risques d’erreurs sont élevés.

Il s’agit ici de limiter autant que possible les étapes par lesquelles doivent passer les utilisateurs. 

Densité informationnelle

Dans la plupart des tâches, la performance des utilisateurs est influencée négativement quand la charge informationnelle est trop élevée ou trop faible. Il faut donc supprimer les éléments sans lien avec le contenu de la tâche en cours.

Il faut aussi éviter d’imposer à l’utilisateur la mémorisation de longues et nombreuses informations ou procédures (la mémoire à court terme est limitée), lorsque la tâche ne le requiert pas.

Contrôle explicite

Quand les entrées des utilisateurs sont explicitement définies par eux-mêmes et sous leur contrôle, les ambiguïtés et les erreurs sont limitées.

De plus, le contrôle qu’ont les utilisateurs sur le dialogue est un facteur d’acceptation du système. 

Actions explicites

Le critère Actions Explicites concerne la relation pouvant exister entre le fonctionnement de l’application et les actions des utilisateurs.

Cette relation doit être explicite, c’est-à-dire que le système doit exécuter seulement les opérations demandées par l’utilisateur et pas d’autres et ce, au moment où il les demande. 

Contrôle utilisateur

Par Contrôle Utilisateur on entend ici le fait que l’utilisateur doit toujours avoir la main, pouvoir contrôler le déroulement (ex.: interrompre, reprendre) des traitements informatiques en cours.

Ses actions devraient être anticipées et des options appropriées fournies pour chaque cas.

Adaptabilité

Plus les façons d’effectuer une même tâche sont diverses, plus les chances que l’utilisateur puisse choisir et maîtriser l’une d’entre elles, au cours de ses apprentissages, sont importantes.

Il faut donc fournir à l’utilisateur des procédures, options, et commandes différentes leur permettant d’atteindre un même objectif. 

Par ailleurs, une interface ne peut convenir à la fois à tous ses utilisateurs potentiels. Pour qu’elle n’ait pas d’effets négatifs sur l’utilisateur, cette interface doit, selon les contextes, s’adapter à l’utilisateur. 

Flexibilité

Le critère Flexibilité concerne les moyens mis à la disposition des utilisateurs pour personnaliser l’interface afin de rendre compte de leurs stratégies ou habitudes de travail et des exigences de la tâche.

Le critère Flexibilité correspond aussi au nombre de façons différentes mises à la disposition des utilisateurs pour atteindre un objectif donné. 

Il s’agit en d’autres termes de la capacité de l’interface à s’adapter à des actions variées des utilisateurs. 

Prise en compte de l’expérience utilisateur

Des utilisateurs expérimentés n’ont pas toujours les mêmes besoins informationnels que les novices. Il peut être souhaitable de fournir aux utilisateurs inexpérimentés des transactions très guidées, au pas-à-pas.

Pour des utilisateurs expérimentés, des dialogues à la seule initiative de l’ordinateur peuvent les ennuyer et ralentir leurs interactions; par contre, des raccourcis peuvent leur permettre d’accéder plus rapidement aux fonctions du système. 

Des moyens différenciés doivent donc être prévus pour tenir compte de ces différences d’expérience.

Cependant, l’expérience des utilisateurs peut varier. Les utilisateurs peuvent devenir plus experts à force d’utilisation, ou moins experts après de longues périodes de non- utilisation.

L’interface doit aussi être conçue afin de tenir compte de ces variations du niveau d’expérience.

Gestion des erreurs

Les interruptions provoquées par les erreurs ont des conséquences négatives sur l’activité des utilisateurs. De manière générale, elles rallongent les transactions et perturbent la planification.

Plus les erreurs sont limitées, moins il y a d’interruptions au cours de la réalisation d’une tâche et meilleure est la performance.

Protection contre les erreurs

Le critère Protection Contre les Erreurs concerne les moyens mis en place pour détecter et prévenir les erreurs d’entrées de données ou de commandes ou les actions aux conséquences néfastes.

Il est préférable de détecter les erreurs lors de la saisie plutôt que lors de la validation : ceci évite de perturber la planification.

Qualité des messages d’erreur

La qualité des messages favorise l’apprentissage du système en indiquant aux utilisateurs les raisons ou la nature de leurs erreurs et en leur indiquant ce qu’il faut ou ce qu’ils auraient dû faire.

Correction des erreurs

Le critère Correction des Erreurs concerne les moyens mis à la disposition des utilisateurs pour leur permettre de corriger leurs erreurs.

Les erreurs sont d’autant moins perturbatrices qu’elles sont faciles à corriger. 

Homogénéité / Cohérence

Les procédures, labels, commandes, etc., sont d’autant mieux reconnus, localisés et utilisés, que leur format, localisation, ou syntaxe sont stables d’un écran à l’autre, d’une session à l’autre.

Dans ces conditions le système est davantage prévisible et les apprentissages plus généralisables; les erreurs sont réduites. 

Le manque d’homogénéité peut augmenter considérablement le temps de recherche. Le manque d’homogénéité est aussi une raison importante du refus d’utilisation.

Signifiance des codes et dénominations

Lorsque le codage est signifiant, le rappel et la reconnaissance sont meilleurs. De plus, des codes et dénominations non significatifs pour les utilisateurs peuvent leur suggérer des opérations inappropriées et ainsi conduire à des erreurs.

Il convient d’utiliser des codes et dénominations significatifs et familiers plutôt que des codes et dénominations arbitraires (ex.: M pour masculin et F pour féminin plutôt que 1 et 2). 

Compatibilité

Le transfert d’information d’un contexte à un autre est d’autant plus rapide et efficace que le volume d’information à recoder par l’utilisateur est réduit.

L’efficacité est accrue lorsque : 

  • les procédures nécessaires à l’accomplissement de la tâche sont compatibles avec les caractéristiques psychologiques des utilisateurs
  • les procédures et les tâches sont organisées de manière à respecter les attentes, ou habitudes des utilisateurs
  • les traductions, les transpositions, les interprétations, ou références à la documentation sont minimisées.

Notes

Les critères ergonomiques présentés ici sont issus de « Critères Ergonomiques pour l’Évaluation d’Interfaces Utilisateurs (version 2.1) », J. M. Christian Bastien and Dominique L. Scapin, INRIA, Technical report N° 156 Mai 1993.

L’intégralité des textes les concernant proviennent également de cette référence (sauf modification de la tournure de phrases). 

L’objectif n’est en aucun cas d’effectuer un plagia ou de m’approprier leur travail mais plutôt de présenter une version synthétique, plus à même d’être utilisée en tant qu’appui au cours d’un audit ergonomique.

Le récapitulatif provient de http://www.ergonomia.ca/hec/CriteresErgonomiques.pdf

Initialement publié sur Hackpad puis Dropbox Paper, je publie ce récapitulatif sur mon blog pour le retrouver plus facilement.

Nicolas KEMPF

No Comments

Post a Comment